Menu Deroulant

Le menu déroulant rencontre des problèmes. Vous retrouverez tous les articles dans l'historique de droite

mardi 15 juillet 2014

LA CRÉATION ET LA "CHUTE" DE L'HOMME



« Je ferai un sauvage. Son nom sera homme. Vraiment, je créerai l'homme sauvage. Il sera au service des Dieux pour qu'ils puissent être à l'aise ». L'Épique de la Création sumérienne


Un des plus vieux fragments de la mythologie sumérienne décrit les conditions sur la Terre lorsque les astronautes étrangers ou Annunaki arrivèrent et avant qu'ils descendirent pour construire les villes en Mésopotamie. Il parle d'un temps quand le visage du soleil et la lune ne pouvaient pas être vus, quand la surface de la Terre fut abondamment arrosée et les nuages descendaient jusqu'à la surface de la Terre. Ce fut alors, comme la tablette déclare, que « les reptiles descendirent vraiment ».

Dans les Épiques de la Mésopotamie, la création de l'homme fut secondaire et accessoire à la création de l'univers et à la colonisation de cette planète par les visiteurs étrangers. Après le débarquement des astronautes, la récupération des marais et la construction des villes commencèrent sous la direction d'Enki. Toutes les villes construites eurent un but spécifique de supporter les opérations minières dont le centre de traitement fut à Badtibira. La construction des villes, la réparation constante, la reconstruction des canaux et des digues et les opérations minières exigèrent tous un effort considérable de la part des fils d'Anou.

C'est avec cette origine que l'homme arrive sur la scène ou plutôt l’Homme de l’Age de Fer . La création de l'homme fut conçue et exécutée non comme une fin en soi, ni comme développement naturel de la civilisation de la Mésopotamie. Plus tôt, l'homme fut créé comme moyen de satisfaire un groupe d'étrangers mécontents. Le but de l'homme fut de servir les dieux ; il fut créé pour alléger le fardeau des dieux et assumer les tâches laborieuses et déplaisantes qui furent exécutées par les Annunaki de plus en plus malheureux et rebelles. L'homme devait être le gagne-pain, le travailleur et le concierge des dieux.

Les Saintes Écritures décrivent le travail accomplit dans le jardin d' Éden avant la création de l'homme. C'est le serpent qui l'exécutait et plus tard, ce fut l'homme. En plus de l'agriculture, les dieux minaient les minéraux pour « fournir Élohim avec de l'argent, de l'or, des pierres précieuses et des perles », démontrant ainsi une des activités principales des dieux avant la venue de l'homme.



LES PREMIÈRES TENTATIVES DE CRÉER UN HOMME PRIMITIF


Les difficultés de leurs enfants d'en dessous ne furent pas négligées par les dieux orbitant dans leur vaisseau spatial. La végétation fut si abondante qu'ils n'avaient pas à produire beaucoup de nourriture et ils vivaient littéralement de la terre. Avec le changement de climat et d'environnement, ils devaient maintenant cultiver une grande partie de leur nourriture. Ils ne furent pas très compétents à l'accomplir.

Un des Mythes sumériens, « la dispute entre le bétail et le grain », décrit les premières tentatives d'alléger la souffrance des Annunaki. Comme le poème le raconte, les fils d'Anou ne savaient pas comment cultiver le grain, faire du pain, ni fabriquer des vêtements. Ils mangeaient des plantes comme les animaux et buvaient de l'eau des fossés. Aussi longtemps que la végétation fut abondante, ils n'eurent aucun problème à se nourrir ; mais comme la terre commençait à s' assécher et que le nombre d'humains croissait, ils durent trouver d'autres moyens pour s'alimenter. Il fut maintenant nécessaire de cultiver leur propre nourriture.

Ce Mythe décrit des tentatives dans la « chambre de la création » du vaisseau spatial pour trouver des moyens pour les fournir de grains et de viandes. Deux déesses sont créées pour leur apprendre des méthodes pour cultiver leur propre nourriture et comment élever les animaux --Lahar, la déesse du bétail et Ashnan, la déesse du grain.

Ces déesses tentèrent d'enseigner aux Annunaki les arts de l' agriculture et de l'agronomie animale, mais sans succès. Alors, réalisant que cette expérience fut un échec total, les dieux réunis en conseil décidèrent de faire le grand pas de créer un ouvrier primitif. Donc, par égard au bien-être des Annunaki, « l'homme reçu le souffle ».

Donc, les dieux assemblés dans les cieux décidèrent que le meilleur moyen d'alléger la souffrance de leurs enfants sur la Terre fut de produire une nouvelle créature. Anou, le dieu principal, décréta qu'un sauvage serait créé, et « l'homme sera son nom ». Il serait chargé du service des dieux pour qu'ils puissent avoir leur repos. Puisque les expériences antérieures dans le vaisseau spatial ne furent pas couronnées de succès, il fut décidé de mettre Enki et Ninhoursag, l'infirmière principale, responsable de produire un être primitif. Cette nouvelle création, appelée un « lulu » par les Annunaki, fut le premier homme primitif.

Enki et Ninhoursag dirigèrent plusieurs expériences dans l'Abzou, le laboratoire flottant d'Enki près d'Éridou, toutes visées à la création d'un ouvrier primitif. Dans un de ces Mythes, la création de types imparfaits est décrite.

Ninhoursag façonna des variétés d'individus de sexes différents de « l 'argile », mais ceux-ci se sont toutes avérées être anormales et furent des échecs complets. Le meilleur parmi eux fut décrit comme étant faible et débile de corps et d'esprit. Elle donna du pain à la créature mais il le refusa. Elle ne pouvait ni s'asseoir, ni se tenir debout et ni plier ses genoux. Éventuellement, ils abandonnèrent et décidèrent que cette créature fut un échec complet. Enfin, après plusieurs tentatives et erreurs, Enki et Ninhoursag trouvèrent une formule fonctionnelle.


L'HOMME CRÉÉ À L'IMAGE DES DIEUX REPTILIENS



Le livre de la Genèse rend abondamment clair que l'homme fut originairement créé à l'image de son dieu :

« Dieu dit : Faisons l'homme à notre image, comme notre ressemblance, ... Dieu créa l'homme à son image, à l'image de Dieu il le créa, homme et femme il les créa ».

Puisque l'Adam de la Genèse et les « lulus » sumériens furent créés à l'image du dieu serpent, trouve-t-on des traces de ce fait dans les Saintes Écritures ? En effet, dans la version gnostique de la création de l'homme. Il y en a un qui décrit la réaction d'Ève dans le jardin d 'Éden :

« Elle regarda l'arbre. Et elle vit qu'il fut beau et magnifique et elle le désirait. Elle prit un de ses fruits et le mangea et elle le donna aussi à son mari et il en mangea aussi. Alors, leurs esprits s' ouvrirent. Lorsqu'ils en mangèrent, la lumière de la connaissance brilla sur eux lorsqu'ils portèrent la honte et ils savaient qu'ils furent nus puisqu'ils avaient la connaissance. Lorsqu'ils revinrent à leur sens, ils virent qu'ils furent nus ; et ils s'amourachèrent l'un l'autre. Quand ils virent leurs créateurs, ils les détestèrent puisqu' ils avaient une forme bestiale. Ils comprirent plusieurs choses ».

Donc, une description appropriée d'Adam et Ève et leurs créateurs serait comme suit : Ils avaient une peau écailleuse ou calleuse ; elle fut brillante et lumineuse comme on voit chez certains reptiles ; ils ne transpiraient pas, cela étant un trait de mammifères ; ils ne portaient pas de vêtements puisque ce fut inutile ; ils avaient une peau de couleur verte pâle.

La preuve pour la couleur de leur peau se trouve dans le Haggadah qui décrit comment Adam fut créé de poussière prise des quatre coins du monde :
« La poussière fut de plusieurs couleurs --rouge, noir, blanc et vert. Le rouge fut pour le sang, le noir pour les intestins, le blanc pour les os et le vert pour la peau pâle ».

Si Adam avait été un Homo-sapiens, la couleur de poussière utilisée pour la peau aurait été vraisemblablement le rose ou le brun.

Les patriarches antédiluviens et les rois sumériens furent en partie des Sauriens ( ou pas) et furent apparemment de très grands hommes qui ressortirent physiquement parmi les hordes de l'espèce humaine. Les Rephaïm, les descendants des Néfilims vivant après le Déluge, furent aussi des géants ; et comme les antédiluviens, leur durée de vie semble avoir diminué étant donné le fait que leur sang saurien se diluait de plus en plus.



CRÉATION DE L'HYBRIDE HOMME-SINGE-REPTILE



Au début, il y eut plusieurs tentatives et erreurs. En fin de compte, une méthode fonctionnelle fut découverte. Utilisant un groupe d'animaux primitifs féminins, vraisemblablement le singe femelle, les œufs furent fécondés par les jeunes astronautes et alors extraits et réimplantés dans les utérus de quatorze déesses de la naissance.

Cette procédure est décrite dans l'Épique d'Atrahasis qui traite de la création de l'homme. L'histoire raconte que « quatorze utérus furent rassemblés ensemble », fécondés avec « l'essence » des dieux et le résultat fut la création de sept mâles et de sept femelles.

Bien que le processus ait effectivement produit un être primitif viable, les événements subséquents démontrèrent un inconvénient majeur --les créatures produites furent des clones et ne purent se reproduire. Le fait que les deux sexes aient été produits, sept mâles et sept femelles, suggère que l'intention ait été de les rendre capables de se reproduire. Pour une raison biologique inconnue, de ce côté, le processus fut un échec.

L'homme primitif ou Adam fut créé ainsi, une combinaison mammifère-reptile hybride. La procédure utilisée par les Sumériens est décrite dans la Genèse lorsqu'elle affirme que l'image de Dieu fut imposée dans «l'argile », la matière génétique de base telle que dans les tablettes sumériennes. L'essence de Dieu est mélangée avec l' argile malléable de la terre --l'homme singe. Dans les contes cunéiformes, l'argile est mélangée à l'essence des dieux et avec cette création, ils « introduisent l'image des dieux ». Dans les deux cas, il devrait être observé que l'homme est créé à l'image de son dieu.

Par conséquent, la question suivante se pose : Quelle fut la provenance de la matière génétique qui produisit les caractéristiques mammifères de l'hybride ?

L'homme de Neandertal avait été sur la scène depuis des centaines de milliers d'années, étant le résultat d'un lent processus d'évolution. Ce fut vraisemblablement cet homme singe qui fut utilisé dans les expériences des Annunaki. Cet homme singe est décrit dans l'Épique de Gilgamesh comme l'homme sauvage qui est précisément « converti » en être civilisé pour enfin devenir le compagnon de Gilgamesh dans ses nombreuses d'aventures.

Appelé Enkidou, il est une créature sauvage qui se nourrit d'herbe et vit parmi les animaux. Dans le conte, un chasseur malheureux se plaint alors à Gilgamesh qui est roi de la ville d'Ourouk. Gilgamesh se fait dire que cette créature ne porte pas de vêtements et qu'elle est couverte de poils. Il est assez intelligent pour remplir les fosses que le chasseur avait creusées pour attraper des animaux sauvages. Cet homme sauvage libère aussi le gibier de leurs pièges. Il vit avec les animaux, court avec les gazelles et partage l'endroit où ils s' abreuvent.

Cette créature sauvage est sans doute le Neandertal qui est mêlé avec les Annunaki reptiliens. De cette combinaison, on espérait produire un hybride qui pouvait s'adapter à l'environnement changeant. L' assèchement de la Terre et les changements apportés à la flore et à la faune rendirent cela nécessaire de produire un ouvrier primitif.

L'Adam de la Bible ne fut pas l'Homo sapiens d'aujourd'hui. Il fut ce qu'on peut appeler « Homo saurien », une créature hybride mammifère-saurienne qui allait devenir notre ancêtre et le premier pas dans la création de l'homme moderne. En quelques années seulement, l'homme avait fait un saut géant dans l'évolution. Il avait soudainement évolué de l'homme singe sauvage à un hybride qui deviendrait une nouvelle espèce connue comme l'homme de Cro-Magnon.

L'hybride qui fut créé ressemblait probablement aux reptiles puisqu'il fut créé à l'image de ses dieux. La Genèse est très spécifique à ce sujet, car elle affirme, « Faisons l'homme à notre image, comme notre ressemblance, . » Adam fut donc créé à la fois à l'image ou « selem » et la ressemblance ou « dmut » de son créateur. L'usage des deux termes dans le texte biblique ne voulait laisser aucun doute que l'homme fut semblable en apparence aux dieux. C'est cette ressemblance, ou son absence comme nous verrons, qui est à la base de plusieurs des réprimandes de la Bible et de la littérature sumérienne.

Plus tard, quand les hommes se marièrent avec ceux de la même espèce, les caractéristiques reptiliennes s'éliminèrent graduellement et ils développèrent ainsi, de plus en plus, leurs caractéristiques mammifères. Les gènes des mammifères dominèrent les gènes reptiliens et l'homme devint plus « humain », ressemblant moins à dieu. Cela explique la nature « pécheresse » et la « chute » de l'homme. Le péché originel fut la déviance de l'homme de son origine de base reptilienne ou de dieu. Cela explique aussi pourquoi l'homme fut défendu de reproduire toute ressemblance de ses dieux.

À travers la manipulation biologique, les Annunaki ou Néfilim prirent un singe mâle existant et lui donnèrent une partie de leur divinité, leur sang saurien. Certains versets des Saintes Écritures confirment le fait que les expériences biologiques prirent place sur la Terre et que quelques-unes devinrent hors de contrôle. Ces expériences semblent avoir été exécutées de routine par les Néfilim, qui possédèrent non seulement des moyens techniques avancés dans le transport et les communications, mais aussi dans les sciences biologiques.

Dans le premier livre d'Henok, les infractions des Néfilim sur la Terre avant le Déluge sont divulguées en détail. Daté du 2ème siècle avant J.-C., ce livre avait perdu son importance dans l'Église occidentale au 4ème siècle après J.-C., et, il est considéré canonique seulement dans l'Église éthiopienne. Originairement en hébreu et en araméen, il fut traduit en grec et puis en éthiopien où il fut conservé et non retrouvé par les Européens jusqu'au 18ème siècle. C' est le plus vieux des trois livres apocryphes attribués à Henok et certaines parties furent découvertes dans les manuscrits de la Mer Morte.

Selon le premier livre d'Henok, les Néfilim reçurent la mission d'apporter les arts salutaires et les métiers à l'espèce humaine. Mais ce qui commença comme un effort élogieux tourna rapidement en vinaigre.

Les Néfilim commencèrent à enseigner les arts martiaux à l'homme, « la fabrication d'épées, de couteaux, de boucliers et d'armures corporelles ». Ils enseignèrent aussi à l'homme les sciences défendues de «l'incantation, l'alchimie et l'astrologie ». Mais la pire des infractions dont ils sont accusés fut de jouer avec la génétique, de « changer l'homme en cheval, en mulet ou vice versa, ou de transférer un embryon d'un utérus à un autre ». Cette pratique de réimplanter un embryon dans un autre utérus est semblable aux activités décrites dans l'Épique de la Création sumérienne. Il semble que les Néfilim ou Annunaki connaissaient très bien la manipulation génétique et la croissance sélective. De plus ils étaient accusés de se reproduire avec les humaines .




HOMO SAURIEN : L'HOMME PRIMITIF DE L'ÉDEN



La genèse répète à maintes reprises qu'avant la «chute », l'homme fut nu pendant qu'il occupait le jardin d'Éden. Ce ne fut qu'au moment où il mangea le fruit défendu qu'il se rendit compte de sa nudité et mit des vêtements. D'autres sources religieuses anciennes confirment ceci, mais elles révèlent aussi la raison pour laquelle il fut nu. Selon le Haggadah, les corps d'Adam et Ève « avaient une peau écailleuse », et de plus, on disait de la peau d'Adam, « elle fut aussi brillante que la lumière du jour et couvrait son corps comme un vêtement lumineux ». Adam avait donc l'apparence d'un reptile avec sa peau écailleuse et brillante. Ce fut pour cette raison qu'Adam et Ève ne portaient pas de vêtements comme protection ou confort.


Le Livre de la Genèse dit aussi qu'Adam ne transpirait pas dans le jardin d'Éden avant la « chute ». Ce fut sa punition d'avoir mangé le fruit défendu, car on lui avait dit, « par la sueur de ton visage gagneras-tu ton pain». Avant la « chute », Adam ne transpirait pas puisque la transpiration est caractéristique des mammifères et non des reptiles.

Aussi longtemps qu'ils restèrent dans le jardin d'Éden, Adam et Ève ne procréèrent pas. Les tablettes sumériennes expliquent pourquoi --parce qu'ils furent des « mules » et ne pouvaient pas reproduire leur propre espèce. L'incident que la Bible appelle la « chute de l'homme » fut son habileté à acquérir la capacité de procréer en se donnant plus de traits des mammifères. Dans la punition d'Ève, cela est explicite dans le fait qu'elle doit maintenant subir les douleurs de naissance comme tous mammifères.

Le changement génétique définitif fut accompli par Enki. Cela ne fut pas autorisé et causa beaucoup de dissension parmi les dieux, et demeura un différend majeur entre Enlil et Enki. Enki est le Créateur, le défenseur et le bienfaiteur de l'espèce humaine. Enlil méprisait l'espèce humaine comme une abomination et une détérioration de la génétique saurienne. Il fut un dieu cruel et malveillant et, celui qui produisit le Déluge.

L'homme primitif ou Homo saurien fut placé dans le jardin d'Éden pour cultiver de la nourriture ; la Genèse dit, «Yahvé Dieu planta un jardin en Éden, à l'orient, et il y mit l'homme qu'il avait modelé ». Puisque l'homme fut créé dans l'Abzou d'Enki à sa ville d'Éridou et étant la partie la plus à l'Ouest de la plaine mésopotamienne entre les deux rivières, il semble que la région fertile à l'Est d'Éridou soit le jardin d'Éden. Par coïncidence, les Sumériens appelèrent cette région E-DIN ou « la maison de ceux qui sont vertueux ».

Selon les Jubilés, Adam et Ève furent placés dans le jardin d'Éden pour le labourer et le récolter. « Ils protégeaient le jardin des oiseaux, des bêtes et du bétail et, ramassaient les fruits et la nourriture ». Les obligations d'Adam sont décrites en termes similaires dans une des versions babyloniennes de la création de l' homme : il fut de son devoir de maintenir les canaux et les cours d' eau et de cultiver des plantes en abondance pour remplir les entrepôts de grains des Annunaki.

Jusqu'à l'événement connu énigmatiquement comme la « chute de l'homme », l'homme primitif cohabitait dans le jardin d'Éden avec les dieux serpents et, ensemble, ils accomplirent le travail nécessaire. Apparemment, cette main-d’œuvre ne fut pas suffisante pour accomplir le travail essentiel et une modification fut nécessaire pour rendre l' Homo saurien plus efficace. Pour avoir une plus grande main-d’œuvre, il fut décidé de rendre à l'Adam ou au «lulu » sa capacité de se reproduire.


LA CHUTE DE L'HOMME OU LA CRÉATION DE L'HOMO SAPIENS



L'événement que les érudits bibliques appellent la « chute de l'homme » commence avec Adam et Ève qui furent placés dans le jardin d' Éden par la divinité pour le labourer et l'entretenir. Parmi le grand nombre de choses savoureuses à manger fut le fruit de deux arbres dans le milieu du jardin : « l'arbre de la vie et l'arbre de la connaissance du bien et du mal ». On dit à Adam et Ève :

« Alors, Dieu a dit : Vous ne mangerez pas de tous les arbres du jardin ? La femme répondit au serpent : Nous pouvons manger du fruit des arbres du jardin. Mais du fruit de l'arbre qui est au milieu du jardin, Dieu a dit : Vous n'en mangerez pas, vous n'y toucherez pas, sous peine de mort ».

Alors, les Saintes Écritures ajoutent laconiquement « Or tous deux étaient nus, l'homme et sa femme, et ils
n'avaient pas honte l'un devant l'autre ». Plus tard, lorsqu'ils mangèrent le fruit défendu, le seul et l'unique résultat fut, « Alors leurs yeux à tous deux s'ouvrirent et ils connurent qu'ils étaient nus. ».

On se demande pourquoi toute cette emphase est placée sur la nudité. C 'est comme si l'expulsion d'Adam et Ève du jardin fut un moyen dramatique d'expliquer comment l'espèce humaine en est venue à porter des vêtements. Il est évident que le fait de porter des vêtements fut tout simplement une manifestation d'autre chose, l'acquisition de la « connaissance ».

La racine hébraïque « YD » qui est utilisée partout dans à travers la Genèse ne signifie pas seulement la          « connaissance » mais plus spécifiquement, « faire l'expérience de ». Telle qu'appliquée aux relations conjugales, la racine « YD » signifie connaître sexuellement, c'est-à-dire, avoir des relations sexuelles. En fait, elle s'applique non seulement aux relations maritales normales mais aussi à une conduite clandestine, même à l'homosexualité et au sexe parmi les animaux.

Donc, ayant la « connaissance », l'homme acquit une sorte de force sexuelle ou de prouesse. La connaissance qui fut retenue de l'homme fut d'une nature plus profonde et sérieuse que de juste être conscient de sa nudité. Pour l'homme, ce fut quelque chose de bien, mais quelque chose que les créateurs ne voulaient pas qu'il ait. Avant qu'Adam et Ève ne l'eussent, ils vivaient dans le jardin d'Éden sans progéniture. L'ayant obtenue, Ève fut condamnée à souffrir les douleurs de l' accouchement. Le conte d'Adam et Ève est l'histoire d'un pas crucial dans l'évolution de l'homme : l'acquisition de la capacité de procréer comme un mammifère. Cependant, ayant cette capacité, l'homme perdit certains traits sauriens, sa soi-disant divinité.



L'HOMME PERD LA LONGÉVITÉ POUR DEVENIR UN MAMMIFÈRE

Bien qu'il y ait eu deux arbres dans le Jardin, seulement l'arbre de la connaissance fut tabou. Apparemment, l'homme avait l'accès à l' arbre de vie ou l'immortalité puisque cela ne lui a pas été défendu. Maintenant qu'il possédait la capacité de procréer, la divinité biblique s'inquiétait qu'il pourrait aussi prendre de l'arbre de vie pour devenir immortel : « Puis Yahvé Dieu dit : Voilà que l'homme est devenu comme l'un de nous, pour connaître le bien et le mal ! Qu'il n'étende pas maintenant la main, ne cueille aussi de l'arbre de vie, n'en mange et ne vive pour toujours ! Et Yahvé Dieu le renvoya du jardin d'Éden pour cultiver le sol d'où il avait été tiré. Il bannit l'homme et il posta devant le jardin d'Éden les chérubins et la flamme du glaive fulgurant pour garder le chemin de l'arbre de vie ».


Selon les Saintes Écritures, l'homme ne pouvait pas revenir en arrière. Il avait maintenant pris le pas décisif et possédait la « connaissance » et pouvait commencer la race de mammifère connue comme l'espèce humaine ou Homo-sapiens. Cependant, ayant obtenu ceci, il devait perdre la longue vie ou l'immortalité. Les deux furent mutuellement exclusifs tel qu'indiqué dans le Livre de la Genèse. L' homme aurait pu retenir sa forme divine et sa longue vie tout en demeurant un mulet, un type d'Homo saurien limité.

Voyant que l'homme avait besoin de vêtements pour se protéger contre les éléments, une divinité apparemment compatissante, « fabriqua des chemises faites de peaux pour l'homme et sa femme et les vêtit». Cependant, cette divinité généreuse avait probablement d'autres raisons en tête, puisque le Haggadah révèle, les vêtements furent fabriqués des peaux muées délaissées par les serpents.

Est-ce que cela fut accompli pour rappeler à l'homme ses origines reptiliennes ? Ce fut un moyen ironique pour graver dans la mémoire de l'homme le fait qu'il provenait de source saurienne et qu'il existait selon la tolérance des dieux serpents. Ce thème se répète plusieurs fois dans les relations subséquentes de l'homme avec ses dieux sauriens et fut formalisé dans le rituel de la circoncision. 


L'IMMORTALITÉ À TRAVERS LA RÉGÉNÉRATION



Dans les légendes anciennes, l'homme semble avoir eu une sorte de « connaissance » mais, il perdit l'immortalité. C'est quasiment comme si les deux furent mutuellement exclusifs.

Adam obtient la « connaissance » mais est expulsé du jardin et on lui défend de prendre le fruit de l'arbre de Vie. Il en est ainsi pour Adapa qui reçoit la « connaissance » d'Enki mais est dupé de l'eau et de la nourriture de vie qui l'aurait rendu immortel. Plusieurs des aventures de Gilgamesh furent des tentatives d'obtenir l'immortalité. On lui nie un voyage jusqu'au ciel pour implorer les dieux d’une longue vie. On lui refuse de nouveau lorsqu'il trouve Utnapishtim, son grand-père. Il obtient enfin la plante magique qui guérit et prolonge la vie, mais un serpent la lui vole.

Dans la mythologie mondiale, le serpent fut toujours le symbole de la longue vie, de la guérison, de la régénération et de l'immortalité. Partout ailleurs, les serpents furent associés avec la guérison. Par exemple, le « Chilam Balam » des Mayas raconte que les premiers habitants du Yucatán furent les Chanes ou « Gens du Serpent » qui vinrent de l'est en traversant l'eau avec leur chef Itzamna qui fut appelé par hasard le « Serpent de l'est ». Il fut un guérisseur et pouvait guérir par l'imposition des mains et même ranimer les morts.

Dans l'Ancien Testament, le rôle du serpent comme guérisseur est illustré dans l'incident du « serpent impudent » ou « séraphin » qui s'éleva sur une perche et devint une cure pour les maladies des tribus pendant leur exode d'Égypte.

Dans les sources anciennes, on ne trouve pas beaucoup de détails sur la dualité de la connaissance et de l'immortalité, telle que représentée par les deux arbres dans le jardin d'Éden. À part les brèves références dans le conte d'Adapa, la littérature ancienne concentre sur les efforts de l'homme à réaliser l'immortalité et la longévité. L'arbre de Vie symbolique et la nourriture et la boisson magiques sont des sujets populaires parmi les diverses cultures du Moyen-Orient et paraissent souvent dans leurs arts. Le contraire est vrai de l'Ancien Testament où l'immortalité est presque oubliée et l'emphase est placée sur les péchés de l'homme causé par sa chute quand il acquit la connaissance. Une exception se trouve dans le document pseudopigraphique appelé, « La vie d'Adam et Ève », qui raconte des épisodes de leur vie après qu'ils eurent laissé l'Éden.

Datant du 1er siècle après J.C., il est disponible en Grec et en Latin. Il fournit un événement peu connu de la tentative d'Adam d'obtenir quelques remèdes de rajeunissement. Selon le texte, Adam fut vieux et malade et approchait la fin de sa vie. Il demanda à Ève et à son fils Seth de retourner au jardin d'Éden pour « l'huile de l'arbre de la pitié » avec laquelle il pourrait être oint, soulagé de sa douleur et peut-être même allongé sa durée de vie. À l'entrée de l' Éden, ils furent reçus par l'ange Michel qui refusa le plaidoyer de Seth disant que l'élixir magique n'est pas pour l'homme.



La concentration hébraïque contraire à celle des traditions séculières anciennes suggérerait que l'emphase sur la « connaissance » par la prêtrise fut une déviation délibérée pour imposer sur leurs gens une doctrine de « péché originel » ainsi que la « chute de l'homme », se donnant un grand contrôle de leurs esprits et de leurs comportements.

La recherche de la régénération, une forme d'immortalité, fut un thème commun de la littérature ancienne et de la mythologie. Dans l'Épique de Gilgamesh, ce fut un sous-thème où, après avoir dit à son petit-fils que les dieux lui avaient refusé l'immortalité, Utnapishtim eut de la compassion pour son petit-fils ; et, pour ne pas le laisser retourner les mains vides, il est informé d'une plante magique qui restaure la jeunesse et la vitalité et où la trouver.

Donc, à son retour, Gilgamesh suit les directions de son grand-père et réussit à obtenir cette plante magique. Quelque peu imprudemment, il décide ne pas l'avaler immédiatement mais plutôt, de l'apporter à la ville d'Ourouk pour la partager avec ses amis. Cela s'avère être une erreur, puisque quand Gilgamesh s’arrête près d'une mare d'eau pour se baigner, la plante lui est volée.


Pour enlever la saleté de son long voyage, Gilgamesh décida de prendre un bain bien mérité. Sottement, il laisse la plante magique sur le rivage sans surveillance. Pendant qu'il se baigne et à sa grande consternation, un serpent ou « seru » sentit le parfum de la plante, traversa sur l'eau et l'emporta. Comme le serpent parti, il mua et laissa derrière sa peau. De cette façon, l'histoire représente la capacité régénératrice du serpent d'allonger sa vie en muant périodiquement sa peau. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire