Menu Deroulant

Le menu déroulant rencontre des problèmes. Vous retrouverez tous les articles dans l'historique de droite

mardi 15 juillet 2014

Les Soucoupes volantes du IIIEME Reich




Des recherches qui portèrent leurs fruits


La première soucoupe Allemande à voir le jour était la RFZ-1. Avec une propulsion à antigravitation "électromécanique". Son premier vol en 1934 fût aussi le dernier. Elle s'éleva jusqu'à environ 60m. Mais le système de guidage s'avéra inefficace. C'est avec peine que le pilote réussit à la poser au sol, puis à s'en échapper. L'appareil se mit à tourner comme une toupie avant de capoter et d'être mis en pièces. C'était la fin du prototype RFZ-1, mais le début des engins volants à propulsion de type "Vril". 



Son successeur, le RFZ-2, avait une propulsion Vril et un "pilotage à impulsion magnétique". Son diamètre était de 5m et ses caractéristiques étaient les suivantes: les contours de l'appareil s'estompaient quand il prenait de la vitesse, et il s'illuminait de différentes couleurs. Selon la force de propulsion, il devenait rouge, orange, jaune, vert, blanc, bleu ou violet. Intéressant, mais pas terrible comme camouflage. Il fallait remédier à cela.

Il ne pouvait effectuer des changements de direction que de 90°, 45° ou 22,5°. Cela demandait donc une certaine maîtrise. Pas évidente pour des combats aériens contre des chasseurs conventionnels. De plus, l'installation de l'armement pausait problème. Il fût donc délaissé l'idée de l'utiliser comme chasseur et les recherches se poursuivirent. 

 Après le RFZ-2, ce fût le VRIL 1, disque volant qui vola au cours de l'année 1941. Il avait 11,5m de diamètre, possédait une "propulsion à lévitation Schumann" et un "pilotage par impulsion à champ magnétique". Donc aussi maniable qu'un chasseur classique, mais avec les avantages des "virages en épingle à cheveux" et la possibilité de faire du "sur place", en plus.  Il atteignait des vitesses de 2900 à 12000km/h, pouvait accomplir en pleine vitesse des changements de vol à angle droit sans préjudice pour le pilote (pas la sensation des G). Plus libre en figures de vols que le RFZ-2. On construisit plusieurs exemplaires du Vril 1. Surtout pour avoir des prototypes à disposition pour continuer les recherches.

   
Photo du VRIL 1 en vol
La déclinaison de la série "Vril" se poursuivit avec plusieurs autres prototypes. Ils gardaient en fait les mêmes caractéristiques au niveau de la propulsion, mais ils étaient beaucoup plus grands. L'objectif était "plus gros et mieux armé". Les deux les plus prometteurs furent le Vril 7 et le Vril 8 "Odin". Ces deux modèles subirent toutes sortes de modifications au cour des essais. 

VRIL 7                                                          VRIL 8 "ODIN"

 Après de nombreuses tentatives de formes de soucoupes envisagées, ils trouvèrent la solution. Et c'est de là que découlèrent par la suite, tous les autres projets.


Le projet RFZ-7 fût le bon compromit pour une soucoupe performante et l'embarquement d'armement plus "lourd", que les modèles précédents. Il était en effet équipé d'un canon sur tourelle dans sa partie inférieur. La maniabilité était accrue, de même que le confort du pilote. (Notez, qu'avec le canon du dessous en moins, cette soucoupe ressemblerait beaucoup à la celle de la série "Les Envahisseurs". Une preuve que les américains avaient connaissance de l'existence de cette soucoupe ?).





En 1944 décolla un nouveau prototype. C'était une soucoupe équipée d'armes moyennement lourdes qui porta le nom de "HAUNEBU I". Elle avait un équipage composé de quatre hommes, avait 25m de diamètre, sa vitesse au départ était de 4800km/h pour atteindre, plus tard, jusqu'à 17000km/h. 



Photo de l'HAUNEBU I escorté par un Messerschmitt 109.
 Malgré la technologie à antigravitation, les chercheurs ne délaissaient pas pour autant les nouveaux moteurs à réaction, inventés pour le nouveau Messerschmitt 262, le premier chasseur à réaction. Le 14 février 1944, on testa à Peenemünde l'hélicoptère supersonique construit par Schriever et Habelmohl sous le nom de projet V-7, qui était équipé de douze turbopropulseurs BMW 028. Sa vitesse de montée à la verticale était de 800m à la minute, il atteignait une hauteur de 24200m et sa vitesse en vol horizontal était de 2200km/h. Il ne fût cependant, jamais utilisé car Peenemünde fut bombardé en 1944 et se vît transférer à Prague. Cette ville fût par la suite occupée par les Américains et les Soviétiques.






Courant 1944, la "HAUNEBU II" était également fin prête. Son diamètre variait de 26 à 32m, sa hauteur était de 9 à 11m. Il pouvait transporter un équipage de 9 à 20 personnes, Propulsé par un tachyonateur Thulé, Elle atteignait dans la périphérie terrestre 6000km/h. Elle était apte à se déplacer dans l'espace et avait une autonomie de 55 heures de vol. Elle était équipée de deux "canons à rayons forts" (KSK) de 60mm, montés sur une tourelle rotative.

Photo de la HAUNEBU II posée au sol


  


Deux représentations artistiques de la HAUNEBU II, illustrant des boites de maquettes

Parallèlement à ces derniers, on lança même le projet d'un astronef en forme de cigare qui devait être construit dans les chantiers de Zeppelin, on l'appela "ANDROMEDA". D'une longueur de 139 mètres, Il devait transporter plusieurs soucoupes pour des vols de longue durée. Il n'exista que sur le papier.




On travailla aussi à la "HAUNEBU III", impressionnante entre toutes avec ses 71m de diamètre. Cet exemplaire aurait bien volé. On parle d'un décollage qui aurait été filmé. Il existait bien un prototype. Il pouvait transporter 32 personnes, son autonomie en vol était de plus de huit semaines et il pouvait atteindre une vitesse d'au moins 7000km/h.
  


Quatre représentations artistiques de la HAUNEBU III, posée et en vol.

Continuant sur leur lancée, les chercheurs imaginèrent une soucoupe gigantesque, la "HAUNEBU IV". Avec une longueur de 120 mètres et un équipage de 60 hommes pour la manœuvrer, elle aurait pût en outre embarquer deux compagnies entières de combat. Mais la fin de la guerre arriva et cette soucoupe resta simplement à l'état de plans.

Récapitulatif des différents types de soucoupes inventées par l'Allemagne.

- La RFZ-1, le prototype de base, il "essuya les plâtres".            

- La RFZ-2, plus performant, mais il y avait encore beaucoup de choses à améliorer.


- Du RFZ-3 au RFZ-6, c'était un même unique prototype, subissant diverses modifications.                                   


- La RFZ-7, le modèle qui préfigurait les soucoupes "HAUNEBU", de par sa forme. 

- Le VRIL 1, le premier modèle fiable, dirons-nous.


- Du VRIL 2 au VRIL 6, c'était un même unique prototype, subissant diverses modifications.                             

- Le VRIL7                                                                                                   

- Le VRIL 8 "Odin", 
 
- La HAUNEBU I, 25m de diamètre, existait en deux exemplaires, (vitesse de croisière d'environ 4800km/h).    

- La HAUNEBU II, 32m de diamètre, existait en sept exemplaires, (vitesse de croisière d'environ 6000km/h).   

- La HAUNEBU III, 71m de diamètre, construit en un seul exemplaire, effectua plusieurs vols d'essai.               

- La HAUNEBU IV, n'exista que sur le papier. Il était en fait prévu de construire des Haunebu en série. Une offre aurait été lancée auprès des firmes d'avions Dornier et Junkers. Fin mars 1945, Dornier décrocha le contrat. L'appellation officielle de ces soucoupes volantes devait être DO-STRA (pour avions STRAtosphère DOrnier). 

- L'ANDROMEDA, astronef "porte-soucoupes" de 139m qui resta à l'état de projet. 
Le V-7, malgré sa forme de soucoupe, n'utilisait pas la propulsion à antigravité, mais des turbo-réacteurs conventionnels. En fait, ce fût le premier hélicoptère à réaction de l'histoire.


Deux témoignages de Français ayant servi dans l'armée Allemande

Voilà deux témoignages qui ont étaient fait à Jean-Marc ROEDER, Docteur en physique et spécialiste de l'antigravitation, suite à une conférence sur les soucoupes volantes nazies:
"Il y a environ deux ans, à la fin d'une petite conférence que je donnais au Lion's club de Strasbourg sur les soucoupes nazies, deux messieurs très âgés vinrent me trouver. Le premier m'expliqua que, alsacien enrôlé de force dans la Wehrmacht, il avait observé une soucoupe de couleur rougeâtre survolant sa position à basse altitude (environ 60 mètres) lors de la bataille de Koursk sur le front russe. Il estimait la taille de l'engin à environ 20 à 30 mètres de diamètre. Il m'affirma aussi que la soucoupe qu'il avait vue ressemblait à s'y méprendre à un des modèles de Vril dont j'avais montré les photos durant la conférence. De plus, l'officier commandant leur position d'artillerie leur dit de ne pas s'inquiéter car il s'agissait d'une nouvelle arme de vengeance ultrasecrète testée sur le front. L'autre monsieur, alsacien engagé volontaire dans les Waffen SS, me donna un témoignage encore plus impressionnant. Il m'expliqua que, alors qu'il était basé à Augsbourg en 1944, il fut convoqué avec une vingtaine de ses camarades par son commandant SS.

 Le commandant leur annonça qu'ils se rendraient le jour même à l'aéroport militaire d'Augsbourg pour sécuriser celui-ci durant un test ultra secret. Il leur précisa aussi que la moindre révélation sur ce qu'ils verraient serait sanctionnée par une exécution immédiate. Le témoin m'expliqua qu'il vit sortir d'un hangar, à 100m de sa position, une soucoupe d'environ trente mètres de diamètre et quinze mètre de hauteur, en forme de cloche et surmontée d'un petit dôme. Elle émettait un faible sifflement ainsi qu'un bourdonnement d'abeilles. L'engin semblait flotter à deux mètres du sol en oscillant lentement.  Il se dirigea lentement vers la piste de décollage puis s'éleva doucement verticalement jusqu'à cent mètres d'altitude en oscillant comme une feuille morte. Détail intéressant, l'engin de couleur noire devint lumineux en s'élevant, passant d'une luminosité bleue électrique à une couleur rouge grenat sur le côté et orange vif sous le dessous.

 Il accéléra ensuite à une vitesse foudroyante et disparu à l'horizon en deux seconde en émettant un "son d'orgue". L'engin réapparu dix minute plus tard au dessus du hangar et chuta en feuille morte devant celui-ci avant de se plaquer au sol avec un bruit métallique sourd. Dès l'atterrissage, le témoin et ses camarades furent immédiatement rembarqués en camion vers leur caserne et ne purent approcher le prototype. Bien sûr, il ne s'agit que d'un témoignage qui n'a pas valeur de preuve mais il m'a parut sincère, d'autant plus que cet ancien combattant avait les larmes aux yeux en me racontant son aventure. Il me remercia même en m'affirmant qu'il attendait depuis cette époque de comprendre ce qu'il avait vu. Je pense que ces témoins ont vu le prototype antigravitationnel Vril 8 "Odin"."



Que sont devenues les soucoupes après la guerre ?

On ne peut exclure une production en série d'un nombre limité de modèle Haunebu I et II. Certains disent qu'une partie des engins ont été coulés dans le lac "Mondsee" en Haute-Autriche. D'autres pensent qu'ils auraient été emmenés en Amérique du Sud, ou dans des bases de l'Antarctique. Ou bien qu'ils furent transportés en pièces détachées et entreposés dans différents endroits secrets de par le monde.

En tous cas, une chose est sûre, si les alliés ont récupéré des soucoupes volantes nazies, et bien ce sont les Soviétiques qui les ont découvertes et eu en leur possession. En effet, ce sont eux qui ont occupé les territoires où se passaient toute la recherche et la fabrication. Donc, les Soviétiques ont certainement mit la main sur des plans, des éléments de soucoupes, voire des soucoupes entières, prototypes ou constructions de série.Les Américains, de leur côté, ont forcément eu vent de ces recherches, puisqu'ils rapatrièrent vers les Etats-Unis la majorité des savants Allemands. Et pas seulement dans le domaine de l'aéronautique ou militaire, mais aussi des médecins, des chirurgiens, des neurologues...etc.


Pourquoi les Allemands n'ont pas utilisé les soucoupes pendant la guerre ?

Tout le monde se pose la question. Et bien la réponse est simple, pour mettre fin à la guerre, comme ce qu'on fait les Américains, il fallait pouvoir frapper fort avec une arme terrible et choquer les esprits. Et les Allemands, étaient "à deux doigts" d'avoir la bombe atomique, mais ils ne l'avaient pas encore. Et ce n'était pas le tout d'avoir la bombe, il fallait la transporter au-delà de l'atlantique. S'ils avaient frappé Londres, les Américains auraient sûrement lancé la bombe sur Berlin, Munich ou Hambourg en représailles. Il leur aurait fallut avoir les moyens de frapper partout en même temps. Et les Allemands n'avez pas de bombardiers à long rayon d'action (Comme les B-29 américains par exemple). 

Pour aller bombarder New-York ou Washington, il leur fallait un bombardier puissant, fiable et rapide. Les Allemands avaient aussi des projets "d'ailes volantes", qui auraient pût être converties en bombardier. Mais ce sont les soucoupes HAUNEBU qui furent choisies, mais elles furent opérationnelles trop tard. Avec tous les prototypes, commencer petit, puis faire des modèles plus grands, et ensuite inventer un modèle de soucoupe "bombardier" (Surtout quand on voit la taille de la bombe atomique Américaine, imaginez la taille qu'aurait eu la soucoupe!), tout ça prit trop de temps. Et la bombe atomique Allemande, même s'ils avançaient bien dans leur recherche, n'était pas encore prête non plus.

De plus, pour avoir des soucoupes en grand nombre pour faire des attaques aériennes massives, il fallait disposer d'une capacité de construction en série énorme. Et suite à l'avancée allié, qui occupée de plus en plus de terrains, ils ne l'avaient plus (tout au moins pour assurer une reconversion des chaines de montage, pour fabriquer des HAUNEBU). Sans parler des matières premières, dont certaines commençaient à faire cruellement défaut à la fin de la guerre. Pour fabriquer quelques modèles ou des prototypes, c'était faisable, mais pas pour une fabrication en série. Voilà pourquoi.

Sans parler que ce n'est pas le tout d'avoir des soucoupes, encore faut-il des équipages. Parce que, alors qu'un pilote suffisait pour les chasseurs classiques, il fallait un équipage entier de plusieurs hommes par soucoupe. Et les équipages, ils auraient fallut pouvoir les former. Créer de nouvelles écoles de pilotage avec des instructeurs. (Pour les chasseurs, ils avaient déjà du mal à trouver des pilotes à cause des pertes, alors de former des équipages entiers pour leur apprendre à piloter des soucoupes... Vous pensez bien, qu'avec la situation dans l'Allemagne de 1945, ce n'était plus possible).

 Comparons par exemple avec le Messerschmitt 262, qui arriva sur le théâtre d'opération européen en 1944, et qui lui, prit bien part aux combats. Et bien, il n'y eu qu'un seul groupe de chasse équipé de ces appareils ! Un seul ! Ils prirent comme pilotes pour ce groupe les plus grands as de la Luftwaffe.

Les scientifiques et ingénieurs furent récupérés en majorité par les américains.

En mars 1946, le président TRUMAN fit en sorte de rassembler les savants allemand pour que les Etats-Unis puissent expérimenter leurs avancés technologiques pour leur compte. Des chercheurs allemands furent emmenés dans le cadre de l'opération "Paperclip" (opération trombone). Il s'y trouvait, entre autres: SCHAUBERGER, WERNER VON BRAUN, MENGELE,...etc





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire