Menu Deroulant

Le menu déroulant rencontre des problèmes. Vous retrouverez tous les articles dans l'historique de droite

dimanche 13 juillet 2014

LES VILLES ANNUNAKIS ET LEURS FONCTIONS


« Lorsque la Royauté descendit du Ciel, Anou fonda les cinq villes, leur donna leurs noms et répartit leurs fonctions. Il donna au chef Nudimmud--[Enki] de l'histoire sumérienne de la Création--la première de ces villes, Éridou ».

Selon la Liste des rois sumériens, il y eut seulement cinq villes royales avant le Déluge ou, en d'autres mots, qui servit de villes capitales aux Anounnaki antédiluviens. L'ordre dans lequel elles sont données est la succession dans laquelle elles gouvernèrent, bien qu' elles fussent toutes construites probablement au même moment.

La raison pour le changement de capitale d'une ville à l'autre put être politique. Par contre, comme le climat changeait, le changement des cours d'eau dus aux inondations et aux sécheresses périodiques de la partie Sud de la vallée mésopotamienne put être la raison pour le changement de capitale toujours plus au nord.

La Liste des Rois ne mentionne pas les villes d'Ourouk et de Nippour qui furent aussi construites avant le Déluge. Celle-ci furent conçues comme villes sacrées et c'est probablement la raison qu'elles n'aient pas été incluses dans la Liste des Rois. Les cinq villes de la Liste des Rois furent des villes strictement opérationnelles.

Elles furent construites par Enki et ses ingénieurs astronautes dans le but précis d'obtenir des métaux rares, de les transformer et de les transporter en lingots aux vaisseaux-mère orbitant. Les cinq villes furent un groupe cohésif, chacune provenant une fonction essentielle au but principal de l'expédition. Leur fonction est décrite dans leurs noms que voici :


  
ÉRIDOU, QUARTIERS GÉNÉRAUX DES OPÉRATIONS D'ENKI


Littéralement « la maison construite au loin », E-RI-DU fut la première ville à assumer la royauté. Elle fut, bien sûr, les quartiers généraux d'Enki et d'où il dirigeait toutes les opérations sur la Terre : l'écoulement des terrains marécageux, la construction des villes, l'établissement de l'agriculture et l'agronomie animale, et de façon générale, il rendit la Terre plus hospitalière et productive.
  
D'Éridou, Enki dirigeait aussi le développement des mines, vraisemblablement en Afrique, le transport des minerais et le traitement des métaux à Badtibira.

Éridou fut la première ville construite sur cette planète qui donna probablement son nom à notre monde--la Terre, la troisième planète dans notre système solaire. L'origine du mot « Earth » [Terre] est inconnue et perdue dans l'antiquité, mais logiquement et linguistiquement elle peut être tracée à Éridou. Le nom assigné à leur planète par ses occupants peut être tracé à la racine Éridou. Dans le vieux haut Allemand, la Terre est Erda ; Erthe en milieu anglais, Era en Grec, Ereds en Aramaïque et Eretz en Hébreu, pour n'en nommer seulement quelques-uns. Il semble que toutes les routes philologiques mènent à la première ville construite sur cette planète par nos aïeux extraterrestres --Éridou.


LARAK, CENTRE DE CONTRÔLE SPATIAL

Le nom LA-RA-KA signifie « voir la lumière brillante » et fut la troisième ville assignée à la royauté. Son nom indique sa fonction, celle de guider les navettes arrivant et quittant la Mésopotamie.

La Liste des rois assigne la ville à Pabilsag, signifiant « le grand protecteur » et ce fut un des titres de Ninurta, l'assistant militaire d'Enlil qui recouvra les MEs du fils rebelle Zu. Nous possédons très peu de détails au sujet de cette ville et comme Badtibira, elle n'a pas encore été localisée par les archéologues


SHOUROUPPAK, CENTRE MÉDICAL PRINCIPAL

La cinquième ville à être construite fut SHOU-ROUP-PAK, ou « la place de l'extrême bien-être ». Cette ville fut consacrée à l'infirmière chef et l'officier médical de l'expédition, la déesse Ninhursag. Elle voyait aux besoins médicaux et à la santé des Annunaki et jusqu'à un certain point, aux besoins des êtres humains, de son temple sur la ziggourat à Shourouppak.


BADTIBIRA, CENTRE DE TRANSFORMATION DES MÉTAUX


Le nom BAD-TIBIRA signifie « ville où les minerais sont transformés ». Dans la Liste des Rois, elle retint la royauté plus longtemps que toutes les autres villes, presque la moitié de la période de temps enregistrée avant le Déluge, indiquant son importance fondamentale. Le « Tibira » sumérien est dérivé du même mot proto-sumérien que le mot hébreu « tubal », signifiant « métallurgiste ». Nous voyons ce rapport dans la Genèse où Tubal-Caïn, le fils du patriarche Lamek, est crédité avec l'invention des métaux : « Tubal-Caïn, qui forgea les divers outils de cuivre et de fer ».

Badtibira fut la première ville opérationnelle construite par Enki et reflète la raison pour laquelle les Anounnaki vinrent ici --pour obtenir et transformer certains métaux, vraisemblablement de l'or et de l'argent et peut-être d'autres métaux rares.

La Liste des Rois assigne la ville de Badtibira à Nugig ou NU-GIG qui signifie « celui du ciel brillant » et fut une épithète pour Nannar, le fils favori d'Enlil.

Arrivant par bateaux des mines africaines, les minerais furent transformés à Badtibira en lingots et envoyés au vaisseau-mère orbitant pour être enfin transportés à NIBIRU. Pour cette raison, une ville contenant des phares fut nécessaire pour guider les navettes.


OUROUK, VILLE SACRÉE DU GRAND DIEU ANOU



Ourouk ou « Grande Ville » fut consacrée au dieu principal Anou. Son temple sur la ziggourat fut le centre de cérémonie pour Sumer. Elle fut sa résidence lorsqu'il ne fut pas dans sa ville spatiale et qu'il visitait la Terre, ce qui devint moins fréquent à mesure que la Terre se peuplait. L'influence d'Anou semble avoir diminuer juste avant le Déluge et Enlil prit en main son autorité. Puisqu'il utilisait rarement cette ville, Anou la donna à Inanna à sa demande. Comme nous l'avons déjà vu, elle consolida son contrôle sur la ville d' Ourouk en obtenant les contrôles et les autorités nécessaires dans les MEs qu'elle avait pris d'Enki

.
SIPPAR/SHAMASH PLATE-FORME DE LANCEMENT SPATIAL



La quatrième ville construite fut SIP-PAR ou « ville de l'oiseau ». Elle fut la plate-forme d'atterrissage pour les navettes, surtout celles qui transportaient les métaux. Un des Mythes sumériens déclare que cette ville fut construite pour le dieu Outou, un parmi le cercle des sept grands dieux qui décrétèrent les destins.

Mieux connu comme Shamash, son nom akkadien et sémite, Outou fut le chef des astronautes. Quand la plate-forme spatiale et toutes les activités connexes furent déplacées aux terres occidentales

Puisque ce fut « l'escalier vers les étoiles », Sippar fut d'une grande importance parmi les villes antédiluviennes. Son seul roi Enmeduranna signifie littéralement « le Seigneur dont les MEs lient le ciel et la terre », une allusion à sa capacité de contrôler les vols entre Sippar et le vaisseau orbitant. Enmeduranna est le héros d'une tradition sumérienne qui dit qu'il fut transporté au ciel, tout comme l'Henok biblique. La preuve qui identifie Henok à Enmeduranna se trouve dans les écrits du Pseudepigraphe discutés ci-dessous.


NIPPOUR, CENTRE ADMINISTRATIF D'ENLIL



Cette ville fut consacrée à Enlil et c'est là qu'il gouverna de son Ekur ou « maison sur la montagne ». À Nippour, Enlil exerça le contrôle suprême sur tous les Annunaki de la Terre avant le Déluge. Un des cantiques consacré à lui fournit une description graphique d'un centre de contrôle plein d'appareils de communications et autres matériels électroniques qui parcourent les horizons. De l'Ekur, on disait qu'Enlil, « parcourt la terre avec ses yeux » et « son rayon élevé cherche le cœur de toutes les terres ».
Nippour fut reconstruit après le Déluge comme sa ville sacrée. C'est aussi la ville où, selon le « troisième livre d'Henok », le Seigneur garda son « Shekinah » ou vaisseau spatial, à l'entrée du jardin d' Éden, jusqu'aux jours d'Henok, lorsqu'il partit soudainement pour sa demeure céleste pour ne revenir qu'en certaines occasions spéciales. Ce fut aussi à Nippour, à la rivière Kebar, qu'Ézéchiel vit pour la première fois le « chariot de feu » décrit dans le « livre d'Ezéchiel ».

L'ABZOU, PALAIS FLOTTANT D'ENKI



AB-ZOU, ou Apsu en Akkadien, est dérivé de la combinaison d'AB ou AP signifiant « le père, le créateur, ou le grand » et ZU ou SU signifie « celui qui sait, le sage », suggérant ainsi que ce fut la source de toute la sagesse et des connaissances. L'Abzou semble avoir eu trois significations différentes pour les Mésopotamiens, dépendant de la période ou l'époque auxquelles les tablettes font références.

Originairement, Abzou fut le terme pour notre Soleil. Dans le Mythe sumérien de la Création qui traite de la formation de l'Univers, l'Abzou est appelé « le primordial » et « le créateur » des planètes de notre système solaire. Plus tard, quand les Annunaki arrivèrent ici et commencèrent à installer leurs opérations, l'Abzou est clairement la demeure d'Enki située près la ville d'Éridou.

Après le Déluge, la signification prend des connotations sinistres. Il devient «le profond «d'où la provenance du mot grec « abyssos » et « l 'abîme » moderne et fait référence au monde inférieur, vraisemblablement aux anciennes mines. Miner ne semble pas être la préoccupation principale de la période post-diluvienne. Bien qu'elles soient encore probablement opérationnelles et travaillées sur une base limitée par une population de détenus, elles devinrent principalement un endroit de détention.

C'est la deuxième signification, celle des quartiers généraux flottants d'Enki qui envahit la littérature concernant les jours antédiluviens. Dans le Mythe « Enki et l'ordre mondial », un des poèmes narratifs les plus longs et mieux conservé, l'Abzou d'Éridou est décrit comme un splendide haut-lieu, niché parmi l'ombre des arbres remplis d'oiseaux et de canaux navigables stockés de poissons. Dans ce jardin semblable à l'Éden, Enki voyage sur les terrains marécageux et les canaux dans son type de bateau MAGUR qu'il décrit comme « le bouquetin de l'Abzou ». Le terme MA-GUR signifie « bateau qui tourne facilement ».

Le bouquetin est une allusion à la chèvre sauvage des montagnes environnantes et est souvent utilisé pour représenter Enki sur les sceaux-cylindres et les statuettes. La plus belle de celle-ci est probablement la statue du bouquetin qui regarde à travers un arbrisseau, trouvée dans le palais royal à Ur et datée à environ 2500 avant J.-C. Fabriquée d'or et de lapis-lazuli, elle démontre un bouquetin ailé qui regarde à travers un arbrisseau représentant « l'arbre de Vie » ou l'immortalité. Enki est souvent représenté comme résidant dans cet Abzou ou « palais d'eau ». Un sceau-cylindre daté d'environ 2000 avant J.-C. le démontre comme sa maison entourée d'eau. Ce fut aussi probablement un véhicule marin mobile, tel qu'indiqué dans « l'Épique de Gilgamesh » où Utnapishtim, le Noé babylonien, se fait dire de sceller son arche pour le rendre imperméable. « Comme l'Abzou, tu la scelleras », lui dit-il.


L'Abzou semble donc être scellé comme un bateau et fut probablement aussi un submersible. Avant qu'Enki ait construit la première ville d' Éridou, il résida dans l'Abzou qui apparemment, fut descendu du vaisseau spatial orbitant pour se localiser dans les marais de la Mésopotamie. 





Source : http://graal.over-blog.com/article-7131056.html

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire